La «MPP» à la Paillade


Dans le cadre de notre action d’accompagnement des clubs du quartier de la Paillade, soutenue par Montpellier agglomération, nous avons invité François Keiffer, responsable de l’école de foot du Montpellier Hérault Sporting Club, à venir expliquer aux entraîneurs sa Méthode Plaisir et Performance. Coachs, joueurs, des Débutants aux Séniors, tous ont pu apprécier le message véhiculé, imaginer les prémices d’un projet de jeu séduisant et cohérent, mais aussi une certaine idée de communication participative épanouissante…

 

IMG_4496

 

 

Comment éradiquer la grappe de raisins chez les Débutants ? Comment amener de jeunes joueurs à penser collectif ? Comment faire comprendre à ses U9, U10 ou U11 où se déplacer sur le terrain ? Comment faire jouer son équipe U13 ou Seniors ? Comment établir un projet de jeu cohérent et commun des Débutants au Séniors ? Ces questions, et tant d’autres qui tournent autour du jeu, hantent en permanence les pensées de bon nombre d’entraîneurs et éducateurs de football.

Dans le quartier de La Paillade, où jouent quelques milliers de personnes dans les 6 clubs que notre association, Foot Citoyen, suit depuis un an dans le cadre d’une convention passée avec l’Agglomération de Montpellier, il en va de même. Souvent, sur et hors du terrain, on désire et on parle de jeu, de beau jeu, d’envies de jouer… A l’arrivée, pourtant, une fois ces mots prononcés, beaucoup d’entraîneurs se trouvent fort démunis quand l’heure de la pratique est venue. Manque de programmes et de notions pédagogiques, soucis de contenus, devant une quinzaine de jeunes, U7, U9 ou U11, ces coachs passionnés éprouvent une grande frustration face à une incapacité à pouvoir mettre en application leurs volontés, à faire évoluer leurs joueurs comme ils le souhaitent, à animer et imaginer des séances dynamiques, vivantes et ludiques.

 

« Que devons-nous faire du ballon ? »

Malheureusement, ici comme ailleurs, si les interrogations sont nombreuses, les réponses, elles, se font rares, le fossé entre théorie et terrain immense. Dans les discours d’avant-match, il est souvent question d’engagement, de récupération du ballon… Mais quid de l’après ? Quelles solutions ai-je quand le ballon est « notre » ? Que proposons-nous quand le football en appelle à la création et à la réflexion ? Que devons-nous faire du ballon ? Pourtant, plus l’idée de jeu est claire, plus le jeu se fait fluide, plus il tend à tirer vers le « beau », plus le plaisir et l’envie de récupérer le ballon sont grands ! D’où l’importance de bien déterminer ses idées de jeu, sous peine de se transformer en entraîneur « playstation » sur le bord de la touche.

Très vite, trop, pour une « victoire impérative » ou une « nécessité de résultat », on oublie l’idée première, cette cohérence dans le projet de jeu et ces objectifs pédagogiques essentiels que l’on se doit de se fixer (et tenir) quand on est à la tête de jeunes (et moins jeunes) footballeurs. Conséquemment, et sans blâmer qui que ce soit, on reproduit alors des séances d’entraînement mises sur pied par « nos » coachs U19 ou Seniors, toutes, pour la plupart, inadaptées aux enfants  dont on a la charge et à la mission qui est la nôtre. Et il n’est pas question, là, que de jeu. En effet, la communication, le lien entre l’entraîneur et le joueur, la confiance transmise, le ton utilisé, sont autant d’éléments à prendre en compte dans la gestion d’un groupe et à adapter à son public. Sans avoir peur de nous tromper, et tant pis si c’est le cas, nous pouvons affirmer que cela fait partie d’un tout. Un joueur comprend-il mieux une consigne si on la lui impose et on lui crie dessus (voir Foot  Citoyen Magazines n°19 et 27) ? La réponse est claire : Non !!!

 

IMG_4502

 

Dans le cadre de notre action d’accompagnement des clubs de ce quartier de Montpellier, pour répondre à notre état des lieux, ces manques avérés, mais aussi pour ouvrir d’autres horizons et pistes de travail à « nos » entraîneurs, il nous est apparu nécessaire de mettre sur pied une séance spécifique avec François Keiffer, responsable de l’école de football du Montpellier Hérault Sporting Club. Intervenant Foot Citoyen depuis plusieurs saisons, François Keiffer dénote quelque peu dans le paysage footballistique classique français, privilégiant par dessus tout, notamment, l’idée de beau jeu et, plus précisément, « le jeu du Barça », mais aussi une méthode globale d’apprentissage du football. Un éducateur et formateur qui laisse rarement indifférent, mais tous les goûts sont dans la nature, et pour avoir vu François à l’œuvre sur différents terrains, nous pouvons dire, nous, que sa compétence est faite, que la passion et la foi dont il témoigne sur les aires d’entraînement ou de jeu à l’attention des enfants valent encore bien mieux que son ouvrage, « La Méthode Plaisir et Performance » (éditeur indépendant.com). Bien sûr, il peut avoir un côté agaçant ou naïf, propre à tous ses passionnés obstinés, écorchés vifs, quand il clame son amour sans faille du club catalan et cet objectif annoncé en préambule à une séance : « Réussir à faire jouer vos enfants comme le Barça en 30 minutes ». Mais, ambition, prétention,  confiance…, quoi qu’il en soit, question « modèle » déjà, et même au-delà pour ce qui est de l’état d’esprit, personne ne peut véritablement le blâmer quant au but à atteindre. Et puis, petit à petit, au fil de ses animations, à travers des jeux, fort de son savoir pédagogique, on se rend compte qu’il joint les actes à ses paroles. Le résultat est immédiat et impressionnant. Ce que François est en capacité de faire avec des joueurs en une séance de 20 à 30 minutes, dans le domaine du jeu, du placement et des déplacements, est la plus belle preuve de la force et la profondeur du message transmis. Niveau implication, attention et compréhension des jeunes, il en va également de même. « Je suis là pour faire jouer les enfants comme ils ont envie de jouer, pour leur redonner ce qui les a fait aimer le football. Le jeu, le jeu, le jeu. Toute ma séance, toutes mes séances sont basées sur ce principe, le jeu ! Le football est un jeu ! »

 

Quand François parle aux enfants, les têtes comme les bras se lèvent. On l’écoute, on l’entend, on répond à ses questions…


Le football redevient collectif, l’équipe se fait « un »

Certains peuvent trouver tout cela obsessionnel, voire simpliste, mais à voir les visages des enfants ou des Seniors, le plaisir éprouvé et la sensation de progrès accompli par chacun à l’issue de ses interventions, force est de constater que François réussit dans sa mission. Alternance de conservation du ballon, de jeu placé et de jeu rapide, les joueurs se laissent vite prendre au… jeu ! Où se placer, comment, pourquoi, ressortir, changer de côté, ainsi pratiqué, tout paraît (et devient) simple, intelligent et, peu à peu, les joueurs s’approprient un même schéma de jeu, les mêmes objectifs, pensent le même football et vont donc faire les efforts nécessaires pour le rendre possible. Sans rien imposer, tout juste une touche de balle quand on peut le faire, sans contrecarrer la créativité de chacun, au contraire, les actions se multiplient, les enchaînements… s’enchaînent, le football redevient collectif, l’équipe se fait « un ». Et qu’importe le niveau de jeu et l’âge, le résultat est le même… Illusionniste, François ? Non, même si, aguerri à sa méthode, les choses se mettent facilement en place, il délivre un message vrai, accessible, compris et… AIMÉ par tous ceux qui pratiquent le football ! Pour l’avoir vu toute une journée, des Débutants aux Seniors, on mesure la qualité de jeu qu’il – et que chaque entraîneur- est en capacité de mettre en place s’il applique cette méthode. Et comme au Barca, à l’Ajax, et peut-être bientôt au Bayern, à l’Atlas Paillade ou à Paillade Mercure, ces mêmes schémas de jeu, cette même folle envie d’aller vers l’avant, cette même obsession du beau jeu pourront se décliner du bas de la pyramide vers le haut, ou vice versa.

 

 

IMG_4505

 

Le joueur sort du mimétisme pour créer, penser, être et jouer !

Mais au-delà du jeu, et cette partie-là est ô combien importante pour nous, membres de Foot Citoyen, mais aussi vous, amis fidèles, ce qui nous, nous touche au plus haut point, c’est la méthode de communication utilisée par François Keiffer qui fait mouche et tilt à chaque fois… Tout ce qui a pu faire que François en soit là aujourd’hui, tout cet amour incommensurable du football et du footballeur qu’il a en lui, jaillit à chacune de ses prises de parole. Certains pourraient en rire, on préfère en sourire de plaisir et de bonheur. Quand François parle aux enfants, les têtes comme les bras se lèvent. On l’écoute, on l’entend, on répond à ses questions… Car là est bien l’un des secrets de fabrique de cette «MPP», mêlant plaisir et beau jeu : donner la parole aux joueurs, leur transmettre les clés du jeu et de leurs envies…  Il est une phrase que nous aimons bien citer à Foot Citoyen, signée Benjamin Franklin : « Tu me dis, j’oublie ; tu m’enseignes, je me souviens ; tu m’impliques, j’apprends. » Avec François Keiffer, nous nous trouvons véritablement dans la troisième partie de cet adage, où l’enfant, en trouvant et en donnant lui même les réponses aux questions posées, va se les approprier et pouvoir comprendre plus vite tous les pourquoi du football. Responsabilisé, concerné, valorisé, en quelques séquences, le joueur sort du mimétisme pour créer, penser, être et jouer ! Outre les propos, le ton employé est une invitation à parler, à se livrer, à sortir de sa cachette de timidité, pour dire la relation qu’on entretient avec ce sport si fabuleux… Quel que soit l’âge, on se régale de réponses souvent identiques, mais toujours vraies, sincères et originelles quant à l’amour porté à ce football :

–       François : C’est quoi le football ?

–       Les enfants : Des passes

–       Oui, c’est vrai, et quoi encore ?

–       Des tirs, des buts ?

–       Oui, c’est ça…

–       S’amuser.

–       Oui, très bien, s’amuser, c’est vrai. Le football est fait pour s’amuser. Et est-ce que vous avez envie de vous amuser aujourd’hui ?

–       Oui !!!

–       Alors, en place pour le jeu.

 

Frédéric Hamelin