Arsène Wenger : « Revenir vers des valeurs éducatives »

L’entraîneur d’Arsenal est depuis 2003 le président d’honneur de Foot Citoyen. Il revient sur les raisons de son engagement.
 
307F9027
« Je me suis rendu compte qu’il y a de grandes et belles idées qui sont parties de France. Si on reste dans le domaine du football, on peut citer la création de la FIFA, de la Coupe du monde, des Coupes d’Europe et d’autres choses encore. On constate que ce qui se fait de mieux en football, mais aussi dans le sport en général, a été pensé par des Français. Et il me semble que Foot Citoyen, de par sa fonction sociale et éducative, se situe dans la même lignée. Je connais depuis très longtemps l’homme qui est à la base de cette noble entreprise. Outre la générosité et l’honnêteté de la démarche, je le sais doté de la compétence, des convictions, du courage et du grain de folie indispensables pour faire en sorte que les résultats soient significatifs. Oui, je pense que, quelque part, il faut être un peu fou pour lancer un tel projet. Mais en même temps, si les gens responsables font le monde au quotidien, il n’y a que les fous pour le faire avancer. Donc, je dirai que c’est beau d’être fou pour une bonne et belle cause et cela vaut vraiment le coup de se battre pour ça. D’autant qu’il y a un vrai travail de fond à faire en France, dans l’éducation des mentalités. Et que ce soit du haut vers le bas ou l’inverse, il serait irresponsable de ne pas le faire.
 
Les valeurs de vie que j’ai aujourd’hui sont celles que l’on m’a enseignées quand j’avais 10, 11, 12 ans dans le club de mon village
 
« Quand Didier Roustan m’a expliqué le projet Foot Citoyen, je me suis dit qu’il s’agissait d’une formidable initiative, même si, de prime abord, cela pouvait paraître difficile à concrétiser. Mais après réflexion, je peux dire que Foot Citoyen est un projet bien pensé, sain dans son approche, d’une part, et dans sa faisabilité d’autre part. Au niveau de cette association, il y a aussi quelque chose qui me semble-t-il a été bien imaginé : le fait de resserrer le lien entre les amateurs et les pros. Ce lien aujourd’hui est de plus en plus distendu pour les raisons que l’on sait. Nous, professionnels, ne devons jamais oublier -quelle que soit notre fonction- notre rôle éducatif et social dans notre travail de tous les jours. D’ailleurs, si le foot amateur va considérablement profiter de l’action de Foot Citoyen, il me paraît évident que le football professionnel a également tout à y gagner. Beaucoup l’ont déjà compris et se sont impliqués à nos côtés. Pour conclure, je dirai que le football est le reflet de la société mais, en même temps, il peut être un véritable moteur pour la faire progresser. Et Foot Citoyen encourage cet aspect des choses. Le fait de pouvoir impulser une autre manière de se comporter dans une société difficile, qui perd peu à peu ses valeurs les plus élémentaires, me paraît réellement essentiel. Les valeurs de vie que j’ai aujourd’hui sont celles que l’on m’a enseignées quand j’avais 10, 11, 12 ans dans le club de mon village. Ces valeurs apprises enfant sont celles qui nous accompagnent toute notre vie. C’est pourquoi, notamment, je trouve que l’action de Foot Citoyen est fondamentale et je suis fier d’en être le président d’honneur. »