Stage en haute altitude

L’idée du stage, proposé du 27 février au 2 mars à sept jeunes suivis par les structures PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse) de Marseille, était alléchante : travailler le dépassement de soi autour d’activités football et d’une randonnée en raquettes dans les montagnes pyrénéennes. La vague de froid touchant la France durant cette semaine a généré de gros soucis logistiques et modifié le programme, mais les stagiaires ont répondu de la meilleure manière, faisant preuve d’autonomie et de solidarité face aux difficultés. Un bel effort à retrouver au travers de cet album photo.

Journée 1 : Projet de jeu à la Mosson
Atelier football au terrain de la Paillade, à Montpellier. Les intervenants Foot Citoyen ont programmé une séance d’1h30 aux jeunes, en travaillant autour du projet de jeu-projet de vie : définir les règles, objectifs, fonctionnements d’une équipe, les appliquer sur le terrain, à travers une manière de jouer et penser le football de manière collective. L’état d’esprit a été parfait, et les jeunes ont su se dépasser pour atteindre leurs limites. Etant donné leur faible condition physique, il ne fallait pas dépasser les 90 minutes d’entraînement… Ce n’est pas grave, ce stage sert aussi à cela.

 

 

Journée 2 : Déplacement sous la mousson

Le programme initial prévoyait un déplacement de Montpellier vers les environs de Perpignan, et l’organisation d’un match avec l’équipe féminine de Canet-en-Roussillon. Malheureusement, la neige et la vague de froid qui a touché la France en ont décidé autrement : il a fallu 9 heures à notre équipe pour parcourir 150 kilomètres…

 

 

 

Le match a du être annulé mais les jeunes ont pu profiter d’un temps d’échange chaleureux, humain et mobilisateur avec une sportive de haut niveau issue de la région, Cécile Hernandez-Cervellon. Cécile est snowboardeuse et s’apprête à disputer les jeux paralympiques de PyeongChang. Atteinte d’une sclérose en plaque, elle a raconté aux jeunes son parcours personnel et sportif et expliqué combien elle avait du, et su, surmonter les difficultés pour en arriver là. Le premier obstacle est venu des médecins, qui lui avaient prédit, lorsque l’annonce de la maladie est tombée en 2002, qu’il ne lui restait plus que quelques années à vivre… Un verdict inconcevable pour elle. De sa maladie, Cécile a su en faire une force, en se fixant des objectifs précis. Elle a loué les vertus de la patience et même de la peur, qui selon elle est utile quand elle fait avancer. Son conseil final a été d’inciter les jeunes à compter sur eux-mêmes avant tout et ne pas tenir un discours fataliste qui les fasse renoncer à leurs projets et leurs envies. Le discours a touché les Marseillais, confrontés eux aussi, parfois, à des « conseils » démobilisateurs ou des handicaps sociaux qu’il leur faut surmonter. Cécile s’est dit très touchée par l’écoute des jeunes et a assuré que cela lui avait également fait du bien de parler et de transmettre son vécu et les valeurs qui lui ont permis de devenir la femme et championne qu’elle est devenue (pour info, ses courses auront lieu les 12 et 16 mars à PyeongChang). 

 

Journée 3 : Randonnée sans raquettes
Une journée de randonnée en raquettes, dans la neige, avait été prévue jusqu’à un refuge en haute altitude. Au vu des conditions climatiques désastreuses, nous avons opté pour la randonnée pédestre en montagne, le long de la frontière Espagnole. Notre guide Olivier Silbermann a particulièrement apprécié le comportement des jeunes durant tout le séjour : « Ce n’est pas facile de produire un effort physique, sous le froid, le vent, perdus au milieu d’un brouillard épais, qui plus est le lendemain d’un trajet éprouvant. Il a pourtant régné une superbe ambiance au sein du groupe, personne ne s’est plaint et ils ont montré une vraie solidarité entre eux. J’ai aimé aussi qu’ils se responsabilisent au sein du groupe. Le fait de longer la frontière espagnole a aussi permis d’évoquer un peu l’histoire et l’exode des Espagnols qui fuyaient le franquisme durant la guerre. » 

Journée 4 : Retour du soleil et du football
Après ce stage d’oxygénation, un match a été organisé le matin du dernier jour avec l’équipe U15 de Saint-Esteve. L’occasion d’appliquer sur le terrain, une nouvelle fois, les valeurs collectives et de solidarité montrées lors de la semaine. Pour Mohamed Berrag, intervenant Foot Citoyen, malgré les difficultés, le stage a une nouvelle fois permis de révéler des valeurs positives chez les jeunes : « Nous n’avons pas pu faire tout ce que l’on voulait, alors on a décidé de profiter de ces « épreuves » pour travailler le vivre ensemble et pour les responsabiliser. Ils ont tous très, très bien réagi et au final les difficultés ont permis de créer une osmose entre eux. Plusieurs m’ont dit qu’ils avaient l’impression d’avoir grandi ensemble alors qu’ils ne se connaissaient pas. »