Objectif du tournoi : marquer un but !

(Contexte) Chaque semaine, David, membre de Foot Citoyen et entraineur en catégorie U13, partage un élément de coaching, une question liée à la gestion de ses joueurs et du jeu. Chaque thème est inspiré d’une situation vécue lors d’un match ou d’un entrainement.

 Episode 7 

Pas facile de motiver et rassurer ses joueurs quand ils sont surclassés par leurs adversaires, comme ce fut le cas pour notre équipe lors d’un tournoi de rentrée. Seule solution : adapter les objectifs pour finir sur une note joyeuse. Pari réussi.

Cinq défaites en cinq matchs, aucun but marqué et près d’une vingtaine encaissés : c’est le bilan tout rond que présente notre équipe après la phase de poule, lors du tournoi de rentrée. Nos adversaires jouent tellement bien qu’on a l’impression qu’ils se sont préparés durant toutes les vacances. De notre côté, on peut facilement deviner que l’entraînement a repris depuis peu… Et pour couronner notre manque de condition et de cohésion, nous n’avons pas de gardien.

Des joueurs au bord des larmes
L’objectif, comme d’habitude, n’était pas de gagner (j’étais lucide), mais de prendre du plaisir et apprendre à jouer ensemble. Un but un peu difficile à atteindre quand les lourdes défaites s’enchaînent et que le principal automatisme travaillé est d’aller chercher le ballon dans ses propres filets. Au fil des matchs, de plus en plus de joueurs étaient au bord des larmes, se sentant totalement impuissants. J’ai eu beau les encourager, les motiver, sortir le positif, j’en suis arrivé à être déçu pour eux, et sans ressource. Je sais que ce genre de situation n’est pas agréable et je comprenais leur déception.

Dédramatiser pour redonner le sourire
Il nous restait deux matchs de classement l’après-midi, plutôt vers le bas si vous avez bien suivi. Je voulais que les jeunes finissent la journée sur un bon sentiment, donc je leur ai tenu un discours de manière à dédramatiser complètement la situation : « Bon les gars, on est la seule équipe à ne pas avoir marqué un but. Je crois que ce n’est jamais arrivé dans l’histoire des tournois, donc voilà notre objectif : ne pas rentrer dans le livre des records et marquer au moins une fois ! » Ils se sont tous marrés, ont pris ça comme un jeu, un défi, et ont attaqué les derniers matchs avec le sourire. Lors du premier match de classement, contre des équipes moins fortes (ça aide), les joueurs se sont démenés, toujours aussi maladroits certes, mais avec plein de bonnes intentions. Bon, le naturel est vite revenu et on a pris un but, puis deux, mais j’ai apprécié de ne pas les voir lâcher. Au contraire, ils ont poussé de plus en plus et obtenu, à cinq minutes de la fin, la récompense : Jordan a égalisé d’une frappe petit filet. Grosse émotion, tout le monde a fêté le but comme si on était en finale. On a raté ensuite l’égalisation d’un cheveu (fin). Les joueurs ont fini un peu déçus, mais j’ai ressenti leur fierté de n’avoir quasiment pas perdu. Le dernier match, pour la place de dernier, s’est fini sur un 0-0 assez attendu. Nous avons donc fini le tournoi par notre meilleur résultat de la journée !

L’importance des objectifs de début de saison
J’ai vu quelques joueurs d’autres équipes en pleurs d’avoir perdu, et certains coachs – même s’il y en a eu peu – énervés par la prestation de leur équipe. Ils avaient sûrement visé, et raté, la victoire finale. Comme ils n’ont pas gagné, ils sont repartis frustrés, énervés. De notre côté, mes joueurs étaient joyeux parce que les objectifs de la journée n’étaient pas liés à leur performance, parce qu’ils ont été revus et adaptés durant le tournoi, et parce qu’ils ont été atteints. En ce début de saison, il ne faut pas se tromper en fixant les objectifs aux jeunes : s’ils sont trop durs (inadaptés au niveau des joueurs), ou trop aléatoires (liés à la victoire ou la montée), ils auront un impact forcément négatif sur les joueurs. En fixant avec eux des buts réalistes, positifs, intéressants, qui leur plaisent, qui leur parlent, qui attirent leur attention et les motivent, alors ils se donneront à fond pour les atteindre. Qu’est-ce qu’un éducateur peut demander de plus ?