CHER LOULOU

 

Cher Loulou, 

A Foot Citoyen, aujourd’hui, c’était l’heure des bilans et de la rédaction des rapports d’activité. On faisait le point sur nos videos, nos photos, nos actions. On travaillait encore à la réalisation de modules qui, bientôt, serviraient à la formation d’éducateurs et d’entraîneurs de jeunes footballeurs. On riait d’une video, réalisée à l’occasion d’un de nos stages d’animation, d’un éducateur de l’Atlas Paillade, Aziz, et son incroyable talent, capable de faire taire 100 gamins en 10 secondes… Et puis la nouvelle est tombée ! Louis Nicollin est décédé… Les rires se sont tus, les sourires ont disparu.

Pour beaucoup, vous étiez un président truculent, un amoureux du football, qui aura fait, à travers son MHSC, un peu, beaucoup, passionnément de l’Histoire de notre football. Au gré d’hommages qui vous étaient rendus, des souvenirs remontaient en surface… Carlos Valderrama, étoile du toque et de la sélection colombienne, qui parlait de « papa ».  Olivier Giroud qui avouait que votre appel avait changé sa vie. Ibrahima Bakayoko qui nous faisait découvrir une école ivoirienne qui portait votre nom… Karim Ait Fana, Rémi Cabella, Younes Belhanda, champions de France en 2012 sous le maillot pailladin, qui louaient et saluaient le président si humain que vous aviez été. Pour certains, au gré d’interviews, d’une grande liberté de parole et de ton, de métaphores colorées, de jeux de mots, de malices, vous étiez montré comme un homme de coups de gueule, de coups d’éclats, un Michel Audiard du football.

Pour nous, pour notre association, vous étiez tout cela bien sûr, mais vous étiez surtout un homme de coeur et de parole. Vous étiez notre plus fidèle et généreux donateur et mécène qui nous permettait de faire vivre nos rêves d’éducation par le football et mener une multitude d’actions en ce sens, à l’attention des jeunes, de leurs entraîneurs et éducateurs, à Montpellier, sur le quartier de La Paillade, ou ailleurs. Vous nous aviez rendus fiers de nous faire savoir que nos magazines étaient rangés aux côtés des Miroir du Foot, France Football, Onze et tant d’autres, dans votre si incroyable musée aux 4000 maillots. Pour Foot Citoyen, Grammont et La Mosson étaient toujours ouverts, autorisés que nous étions à venir avec nos stagiaires poser des questions à des joueurs, des entraîneurs, des responsables, au gré d’ateliers journalistiques ou d’écriture, de petites séances terrain et tant d’autres choses. 

Pour tout cela, pour votre soutien permanent, pour vos mots, vos encouragements, aujourd’hui, Foot Citoyen est triste, tellement triste de votre départ. Mais demain, pour tout ce que vous nous avez permis d’entreprendre et de réaliser auprès de la jeunesse, nul doute que des sourires fleuriront sur les visages de nos jeunes footballeurs. Des moments de plaisir et de bonheur ressentis et vécus à travers le football, symbole de cet amour pour ce sport que vous nous avez transmis et permis de transmettre. 

Pour vous, pour votre mémoire, notre mission continue et nous espérons, vraiment, être à la hauteur de cette passion qui vous habitait pour ce ballon rond, si formidable outil d’éducation à la citoyenneté et à la vie.

Foot Citoyen